Final Fantasy XV : un jeu pour les nouveaux comme les anciens fans ?

Salut à tous, j’aimerais tout d’abord faire le point sur ce qui va être abordé dans cette critique : nous allons parler de l’expérience offerte par le jeu « Final Fantasy 15 », manette en mains. Rassurez-vous, pas de spoiler concernant le scénario.

L’Histoire

final-fantasy-xv-jaquette-noctis-ignis-gladiolus

Commençons par le scénario alors, si vous le voulez bien. Comme vous le savez, le jeu est introduit par le film « Kingsglaive », ainsi que la mini-série « Brotherhood ».

Je trouve très habile de la part de Square Enix de se donner les moyens et de prendre le temps de poser le « background » du jeu via le transmédia. C’est donc avec les images et souvenirs de « Kingsglaive » que le joueur (serein ou non) aborde l’histoire de FF15.

La durée de vie de la quête principale, et donc de la partie du jeu génératrice d’émotions et de souvenirs dans nos vies de joueurs, est correcte. Ni plus ni moins. En revanche, en terme de contenu scénaristique, j’ai aimé ce que j’ai vécu tout en ressentant une grande attente concernant bien des aspects de l’histoire. Attentes qui ne seront jamais comblées malheureusement…

Avec des personnages mis en avant, et un background si profond qu’un film fut nécessaire à son introduction, je me suis heurté aux absences suivantes : pas de politique entre les deux royaumes en guerre, pas ou peu de passé concernant les personnages secondaires. Et le gros point noir est le manque de détachement du point de vue du héros. Ce qui est bien dommage…

En effet, le joueur a l’impression que Noctis est le centre de l’univers. Si bien que absolument rien ne se passe sans que cela n’ait été fait pour/par Noctis, pour qu’il le découvre ou qu’il le vive. Pour résumer le scénario dans les grands lignes : notre héros, et donc le narrateur de l’histoire, a des œillères et marche sur une ligne narrative qui le conduit droit à la conclusion, sans aucun détour possible.

On se demande d’ailleurs si tout ce dont on entend parler (mais ne voyons pas) existe réellement. Par exemple, on sait que Noctis a un père mais nous n’en savons pas plus ! Pas de frère, mère, oncle : ce qui pour une famille royale peut sembler louche.

Vous l’aurez compris ce scénario qui n’est pas mauvais en soi, et propose une fin digne de ce nom, aurait gagné à être enrichi par des arcs secondaires ainsi que davantage de personnages « charismatiques », même secondaires.

Ce qu’il en est du contenu

201502_e_nashi

Parlons maintenant de tout ces moments passés en dehors des quêtes principales, de ce Voyage, (oui avec un V majuscule) !

Nos quatre compagnons vont vivre le road trip de leur vie au volant de la royale “Regalia” et le joueur va se retrouver profondément impliqué, tant les dialogues (nombreux, variés, cohérents et excellemment bien doublés en français) enrichissent à merveille la moindre scène ou la moindre action.

Les “potes” (les personnages secondaires, donc) de Noctis deviennent les vôtres, et tous ces kilomètres avalés en voiture, tous ces campings en pleine nature ne font qu’accentuer ce sentiment.

Les quêtes annexes et les chasses sont aussi très nombreuses. A chaque fois que vous vous lancerez dans l’une d’elles, il vous faudra manger avant de partir, traverser une partie de la map en voiture. Puis selon l’heure, vous reposer avant ou après avoir atteint votre objectif pour ensuite rentrer au point de collecte de la quête, afin de la valider. Si bien que tous ces arrêts viennent parfois considérablement allonger la durée d’exécution de la quête, mais d’une façon crédible et très agréable.

Il devient très vite plaisant, voire addictif, d’enchaîner les quêtes annexes, les parties de chasse et de pêche tout en explorant librement ce vaste monde… Oui mais attention : tout ceci va inévitablement vous arroser de points d’expérience, lesquels vous ferons lvl up assez vite. Résultat : il m’est arrivé d’aller faire des quêtes principales lvl 20 en étant lvl 38 !

Cela retire donc toute difficulté, et peut gâcher quelque peu l’expérience de jeu. Ainsi, même s’il est tentant de vouloir tout faire et tout accomplir : avant de vous engager à fond dans l’histoire, je ne saurais que trop vous recommander d’y aller “mollo” avec le lvl up, et de d’abord finir la quête principale avant de vous consacrer vraiment, à fond, au contenu annexe (c’était le conseil de la rédac’ ! ;)).

Deuxième petit conseil perso’ : ne vous lancez, dans le chapitre 8 et sa suite, qu’avec un lvl 30 max. Quitte à retourner faire un peu de lvl up si nécessaire, mais uniquement si nécessaire.

Le End Game

finalfantasyxv_010

Pour ne pas vous gâcher le plaisir, cette section de ma review sera courte… Oui c’est à vous de découvrir et de vous faire une petite idée du End Game de FFXV.

Donc rien qu’un petit mot sur le End Game : sachez que toute la mappemonde, et toutes les quêtes et chasses seront encore jouables, après avoir terminé l’histoire.

Il y aura même pas mal de contenu(s) supplémentaire(s). De ce fait, on se rapproche vraiment du contenu d’un Final Fantasy VII ou VIII, avec des armes, des donjons et des boss ultimes…. Et probablement bien d’autres choses encore.

C’est là que commencera le vrai challenge avec le farm et le lvl up dans le but d’affronter au mieux ce qui nous attendra ! Affaire à suivre.

Les points positifs

altissia

  • Les personnages et l’histoire que le joueur va modeler au travers de ce road trip
  • La durée de vie, en incluant le contenu annexe
  • Les quêtes et chasses secondaires
  • Le gameplay dynamique et tactique (quand l’ennemi n’est pas d’un lvl trop bas, bien sûr !)
  • La bande “som…ptueuse” (le jeu de mot qui passe bien !)
  • Les graphismes à couper le souffle
  • Doublage français intégral, de bonne qualité (mais perfectible pour les plus exigeants)

Les points faibles

duscae-ff-xv

  • Le contenu de la trame principale
  • Des donjons trop courts
  • La difficulté vraiment basse du jeu, même en mode normal/actif (end game exclu)

Pour conclure, je pense sincèrement que Square Enix s’est lancé, ces dernières années, à la conquête de nouveaux fans et d’un public plus large. Tout en perdant en route, malheureusement, leurs fans de la première heure.

Mais cet épisode marque une réelle volonté, de la part des développeurs, de se réconcilier avec tous ces trentenaires qui, jadis, ont eu un pincement au coeur pour la princesse Grenat, une peur bleue à la première note du thème de “Jenova” ou encore l’ambition de devenir joueur de Blitzball.

Pour tous ces fans précédemment cités, sachez que le nombre de références et clins d’oeil est absolument colossal (ennemis, musiques, scènes, plans de caméra fixe). Sans pour autant céder au fan-service kitch (ou peut-être juste un tout petit peu 🙂 ).

Un dernier conseil aux joueurs qui ont, ou vont commencer le jeu, ne passez pas à côté de tout le contenu annexe… Mais vraiment j’insiste ! La vraie richesse du jeu se trouve ici et non pas dans la trame principale.

NB : J’ai volontairement écarté le débat autour des difficultés de développement et de l’attente, mais si cela intéresse je veux bien en débattre ou écrire un article à ce sujet 🙂

Jibuy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s