Sword Art Online : l’animé d’une génération

Bonjour à tous.

Aujourd’hui, on se retrouve pour une petite review sur l’animé “Sword Art Online”. Mais… comment vous parler de cet animé sans être totalement subjective et, à vrai dire, trop “cul-cul la praline” (ndlr : rires) ?

Commençons par le commencement.

Une histoire, des arcs narratifs

©Variety.com
©Variety.com

A première vue, Sword Art Online (SAO, pour les intimes) est un animé des plus banals… C’est ce que l’on pense en regardant les dix premiers épisodes. Mais c’était sans compter sur les suivants, et la deuxième saison.

En effet, l’animé est découpé en deux saisons mais comporte plusieurs arcs narratifs différents : un sur l’univers original de SAO, un arc prenant place au sein du jeu Alfheim Online du nom de “Fairy Dance”, puis le jeu de type FPS/TPS “Phantom Bullet”… si ce n’était que ça… évidemment non, car ensuite les personnages font un retour dans le monde d’Alfheim Online, pour l’arc narratif intitulé “Excaliber” et pour finir, “Mother’s Rosario”. Cinq arcs narratifs, dans trois jeux différents, rien que ça !

©Hunsci.com
©Hunsci.com

Pour autant, tout commence avec le jeu SAO, prenant pour décor le monde d’Aincrad. Il y a eu une version bêta, auquel Kirito (le protagoniste) a pu jouer et tester dans un temps imparti. Les autres futurs joueurs, possédant un casque de réalité virtuel, du nom de Nerve Gear et se procurant le jeu, sont donc impatients de pouvoir jouer et le découvrir lors de sa sortie prochaine…

Après cette bêta, lors du lancement national du jeu en ligne, le créateur d’Aincrad revêle son plan “machiavélique” : il a enfermé tous les joueurs dans ce monde virtuel. Impossible d’enlever son casque, de se débrancher… ils sont littéralement piégés. De plus, la mort de leur avatar dans ce monde provoque la mort de la personne portant le casque. Seule solution pour sortir de ce jeu : le finir, et atteindre le pallier 100 du château volant ! Je ne vous en dirai pas plus sur ce premier arc narratif, juste de quoi vous donner l’eau à la bouche…

En ce qui concerne le deuxième arc narratif, Kirito doit sauver sa femme, Asuna, des griffes du roi de ce monde. Enfermée tout en haut de l’arbre monde, Kirito va devoir affronter de nombreux ennemis et obstacles pour parvenir à ses fins. D’autant plus, que son temps est limité

Pour le troisième arc, changement complet de décor : fini les MMORPG, et place au FPS/TPS, du nom de “Phantom Bullet”. Kirito apprend que, selon une rumeur, un joueur parvient à tuer d’autres joueurs dans le monde virtuel, mais dans le monde réel également. C’est-à-dire qu’en tirant sur un joueur dans le monde virtuel, Death Gun (l’assassin en question) parvient également à tuer la personne réelle. (Compris ?). Kirito se doit donc de découvrir qui est l’assassin et par quel moyen parvient-il à tuer les autres joueurs, tout en se familiarisant avec ce tout nouveau jeu, et ses techniques… rien de bien évident, aux premiers abords !

©Alexislemee
©Alexislemee

Le quatrième et cinquième arcs narratifs sont beaucoup plus courts que les précédents, en revanche. Kirito et Asuna, ainsi que leur amis, retournent sur Alfheim Online pour aller chercher la fameuse épée, Excalibur. Après cette quête, l’histoire se recentre principalement sur Asuna et sa rencontre avec Yuuki, une jeune joueuse gravement malade (atteinte du SIDA) dans le monde réel, et volontaire pour un programme de soins médicaux.

J’espère que vous aurez saisi l’essentiel de la trame narrative de ces différents arcs, malgré leur complexité et leurs liens plus ou moins évidents. Mais j’espère surtout avoir excité votre curiosité, en vous donnant l’eau à la bouche. Passons à l’aspect plus critique de cette review, si vous êtes toujours avec moi.

Un animé qui a compris son public

@Starfishu
@Starfishu

Nous sommes aujourd’hui entourés de centaines et de centaines de licences, en ce qui concerne les mangas (et bien d’autres produits culturels, d’ailleurs). Tous essayant de se faire une place dans le coeur du public. Et bien, SAO a réussi à se faire une grande place dans mon coeur, pour sûr !

Par delà le fait que nous sommes des geeks et que nous aimons cet univers, SAO réussit un pari fou à mon goût : mélanger l’univers des jeux-vidéo et le manga. Ce n’est pas tout à fait original, vous me direz ?! Mais avec SAO, l’équilibre semble parfait. Il n’en fallait pas plus, ni moins.

En insérant, l’univers des jeux-vidéo, SAO arrive à s’attirer un public fervent et connaisseurs, mais aussi les plus jeunes qui n’en ont pas, forcément, encore connaissance ou l’expérience de cet univers. Cet animé arrive à retracer la complexité d’un bon RPG, tel que nous les connaissons à travers les jeux-vidéo, et également d’un bon FPS/TPS. Les univers respectifs sont maîtrisés !

RQ : Quoi que, je déplore tout de même une petite chose : il aurait été bon de voir la progression et l’apprentissage de Kirito, dans le premier arc narratif. En effet, il est tout de suite très fort, et maîtrise à la perfection ce jeu. Oui, il a été bêta-testeur, mais en ne montrant pas l’étape de son apprentissage, de la constitution de son stuff etc, on perd le côté RPG de ce monde, se disant être un MMORPG.

Une histoire qui vous sert la gorge

3vhklard2p0w59s1_uyej2rbnxy
©Clubic.com

Maintenant que vous avez compris que je pouvais être une véritable “nunuche” (niaise à 100%), allons y gaiement.

Ce qui m’a plu également dans l’animé est toute la dimension narrative autour de la relation de Kirito et d’Asuna. Elle prend, en effet, beaucoup de place… du moins dans le premier arc narratif, mais elle me semble pertinente.

Selon moi, SAO fait enfin le pari de lier une véritable histoire d’amour à sa trame narrative. Et pour une fois, leur relation n’est pas brimée, comme cela peut être le cas dans d’autres animés et d’autres mangas. Dans ces derniers, on voit souvent deux personnages se lier d’une affinité qui dépasse l’amitié, mais c’est seulement suggéré… “Oh mon dieu, ils se sont touchés la main, ils sont trop in love”… et bim plus rien. Ce n’est pas le cas dans SAO, puisque nous avons réellement la construction d’une histoire d’amour. Et du coup, une forme de maturité de la part des “auteurs”, en ce qui concerne les relations amoureuses et la représentation assumée de cet aspect

RQ : Pour les moins nunuches d’entre vous, n’ayez crainte : cet aspect ne prend place que dans le premier arc narratif, et est beaucoup moins mis en avant dans les suivants.

©Tumblr.com
©Tumblr.com

Mais Kirito et Asuna ne sont pas les seuls personnages attachants. A travers les deux saisons, et différents arcs narratifs, je me suis également attachée à Yui et Yuuki. La construction de ces personnages est très intéressante : par delà leur “banalité” (jugement aux premiers abords) apparente, il y a une réflexion sur leur psychologie et la manière dont ils affectent les autres personnages. Ils ne sont pas là en tant que figurants. Ils ont toute leur place dans la narration et apportent de l’émotion, se mêlant alors parfaitement à la violence des séquences de combats.

RQ : Comme je suis une vraie nunuche (rires), j’ai versé quelques larmes… Certainement, une poussière dans l’oeil ;).

Note : 18/20

Sans grande surprise, après la lecture de cette review (un peu longue, je vous l’accorde), je donne la note de 18/20 à SAO, pour son histoire bien ficelée malgré les quelques points manquants selon moi.

Si vous aimez les mangas et les jeux-vidéo, je ne peux que vous conseiller de vous accorder quelques heures pour au moins regarder les cinq premiers épisodes… et ensuite, c’est à vous de voir si cela vous plaît et si vous désirez continuer.

D’ailleurs, pour tous ceux aimant la licence, sachez que trois jeux-vidéo sont disponibles sur PS4 et PS Vita (probablement aussi sur PC) et plusieurs tomes (mangas) ont été publiés. Dont un “nouveau” qui devrait paraître d’ici fin février…

Psychedelic2308

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s